Perry, c’est un ami ! Nous partageons ici la même ville, là-bas la même île, partout la même passion des mariages. Lui l’exprime une aiguille entre les doigts, moi un stylo (ou plutôt sa version moderne : les touches de mon Mac !). C’est donc trépignant d’impatience que je voulais vous présenter le plus célèbre styliste franco-mauricien de robes de mariée.

Hier encore, c’était lui, le jeune Mauricien, qui allait à la conquête de la Ville Lumière. Aujourd’hui, ses créations uniques paraissent régulièrement dans Mariages, Oui Magazine, Mariée Magazine ou même Le Point… Le monde de la publicité, les peoples, la jet-set, sans oublier sa fidèle clientèle, font les éloges de la griffe Perry Ah Why dont l’atelier, dans le IXème arrondissement, est devenu une référence pour les robes de mariées sur mesure.

Tous sont sensibles à ses créations élégantes et subtiles, à son fini délicat mais aussi à sa gentillesse naturelle. « Je crois que ce sont des qualités propres aux Mauriciens », avoue-t-il modestement. Celui qui refuse de se laisser influencer par les diktats du monde du mariage s’est confié à Oui au Soleil en toute amitié sur son métier, ses inspirations et ses projets, à Paris comme à Maurice.

 

Perry Ah Why

Crédit photo : Maxime Lenik

Perry, pourquoi avoir choisi ce métier de créateur de robe de mariée ?

Je suis né et j’ai grandi à l’île Maurice. J’ai su d’emblée que je ferai un métier qui touche à l’esthétisme, quelque chose lié au beau, en tout cas. La passion du beau a donc été le fil conducteur de ma carrière, l’origine-même de mon envie de faire ce métier.

Un Mariage au Paradis

Aujourd’hui, je dirais aussi que me lever tous les matins pour faire quelque chose qui me plaît et m’amuse me rend tellement heureux. Je le suis tout autant face au sourire de ma cliente satisfaite de sa robe. Et quand une mariée m’envoie une photo d’elle en pleine cérémonie de mariage, alors là, je suis au comble du bonheur de savoir qu’elle a pensé à moi en ce jour si chargé pour elle ! Cela me flatte énormément !

Quelle influence tes origines mauriciennes ont-elles sur tes créations ?

Il y a quelques années, je t’aurais confirmé que mes origines mauriciennes influençaient mon travail, mais aujourd’hui, plus tant que ça car les tendances qui naissent dans les grandes villes mondiales comme Paris, se retrouvent aussi dans les petites îles comme l’île Maurice, grâce, notamment à Internet et aux réseaux sociaux.

Robes de mariée Perry Ah Why - Crédit photo : Maxime Lenik

Crédit photo : Maxime Lenik

Aurais-tu donc fini par te plier aux diktats de la mode « à la française » ? Quelles sont finalement tes influences, tes inspirations ?

Mes influences sont variées et changeantes puisque j’ai envie d’être dans l’air du temps, mais pas pour autant suivre à tout prix les exigences de la mode. Mon souhait, c’est de faire des robes de mariée intemporelles. Je veux créer des robes par rapport à la personnalité de chacune, par rapport à son histoire, et non par rapport à une mode. Je m’inspire donc des gens, de leurs mouvements. La nature aussi m’inspire ; plusieurs de mes derniers modèles puisent dans le thème floral.

Qu’est ce qui te plaît le plus/le moins dans la tendance actuelle des robes de mariée ?

Ce qui me plaît le plus, c’est la légèreté des modèles ; il n’y a plus cet encombrement des robes que l’on rencontrait encore quelques décennies de cela.

Par contre, je m’oppose au côté copié/collé, à l’uniformisation des tendances en terme de robes de mariée. Comme ça marche pour quelqu’un, ça doit marcher pour tout le monde… Non, il faut que la création d’une robe corresponde à la personne qui se marie et à l’image qu’elle se fait de son propre mariage, pas à celui de sa copine !

D’où l’importance du conseil. Quand on fait la démarche d’aller chez un créateur, c’est un signe de confiance. Cette confiance doit être réciproque et mon conseil à une future mariée serait de choisir un modèle dans lequel elle se sentira à l’aise, et surtout belle. Et pas forcément le même modèle que la copine qui s’est mariée l’année passée ou la star vue sur Internet.

Robes de mariée Perry Ah Why - Crédit photo : Maxime Lenik

Crédit photo : Maxime Lenik

Une robe iconique ?

Chaque fois la nouvelle ! Chaque dernière création est pour moi la plus emblématique de la marque Perry Ah Why !

(Puis, après quelques secondes de réflexion) Ou alors, la toute première robe que j’ai confectionnée. Alors, bien sûr, avec le recul, je dirais qu’elle ne correspond plus aux goûts d’aujourd’hui, mais quand je repense à elle, j’en suis assez satisfait car, à l’époque, je n’avais aucune expérience en couture. Mais je dois admettre qu’elle avait un certain style.

Et la robe parfaite pour se dire « Oui au Soleil », elle ressemble à quoi pour toi ?

(Du tac-au-tac) Une robe en mousseline de soie coupée de plein biais, dos nu, avec une couronne de fleurs de frangipanier dans des cheveux lâchés. A la mode « Paul et Virginie » !

Je constate souvent que c’est la forme de la robe qui ne correspond pas à l’image d’un mariage au soleil. Il y a des matières comme les organzas, les mousselines de soie, etc. qui collent mieux à un mariage au soleil.

Robes de mariée Perry Ah Why - Crédit photo : Maxime Lenik

Crédit photo : Maxime Lenik

As-tu déjà eu des demandes surprenantes de la part de tes clientes ? Une anecdote à partager avec nos lecteurs ?

Il m’est déjà arrivé de confectionner une robe de mariée pour une jeune femme qui m’a avoué ne pas encore avoir de (futur) mari ! Elle était tellement fan de mon travail, qu’elle n’a pas voulu attendre ! L’histoire ne dit pas si elle a fini par trouver le Prince Charmant… !

Des projets à nous dévoiler ?

Suite à la merveilleuse expérience de mes deux derniers défilés dans les salons et la cour d’honneur de la Marie du IXème arrondissement de Paris, je me suis lancé le défi de profiter du calendrier de la Fashion Week parisienne pour organiser deux défilés consécutifs : le 1er à Paris et le 2nd, quelques jours plus tard, à l’île Maurice.

Ce qui me motive dans ce projet, c’est de pouvoir partager avec les Mauriciens un peu de la Fashion Week de Paris. Sur mon île, nous n’avons pas d’autre choix que de vivre ces grands événements à travers l’image, sur Facebook, Instagram, ou à la TV. Le faire vivre en direct aux Mauriciens serait pour moi une telle fierté, une telle reconnaissance, un sentiment de partage si fort et si important pour moi.

Crédit photo : Maxime Lenik

Contact : http://perryahwhycreateur.com/

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *